Categories

AOAV: all our reportsExplosive Violence Monitor report translationsFrançais 🇫🇷

Recensement de Violence Explosives: 2020

Bilan:

  • En 2020, AOAV a enregistré 18,747 morts et blessés par des armes explosives sur 2,910 incidents. Parmi ceux-ci, 11,056 étaient des civils – 59%.
  • Au total, 8,165 personnes ont été tuées (dont 3,668 civils) et 10,582 blessées (dont 7,388 civils) par des armes explosives dans le monde.
  • Les morts et les blessés civils dans les zones peuplées représentaient 89% de tous les morts et blessés civils signalés.
  • Lorsque des armes explosives ont été utilisées dans des zones peuplées, 88% des personnes tuées et blessées étaient des civils. Cela comparé à 16% dans d’autres domaines.
  • AOAV a enregistré 9,880 civils tués et blessés dans les zones peuplées.
  • Les morts et les blessés civils dus à la violence explosive ont connu une baisse de 43% l’année dernière, par rapport à l’année précédente. Cela signifie que 2020 fut la troisième année consécutive au cours de laquelle AOAV a enregistré une baisse du nombre de victimes civiles.
  • Les armes explosives manufacturées ont fait au moins 6,186 victimes civiles (56%), tandis que les engins explosifs improvisés (EEI) ont fait au moins 4,778 victimes civiles (43%). 92 autres victimes civiles ont été causées par des incidents utilisant plusieurs types de méthodes de lancement.
  • Les armes explosives à lancement aérien étaient responsables de 17 % de tous les civils tués et blessés. Les armes explosives lancées au sol étaient responsables de 34%. Les autres victimes civiles ont été causées par des incidents utilisant des mines (3%), ceux enregistrés avec une méthode de lancement peu claire (1%), utilisant plusieurs types d’armes explosives (<1%), et des explosifs lancés par la marine (<1%).
  • L’Afghanistan, la Syrie, le Pakistan, le Yémen et la Libye ont enregistré le plus grand nombre de morts et de blessés civils en 2020, avec respectivement 3,485, 3,013, 689, 683 et 671 victimes civiles.
  • Bien que la plupart des pays aient enregistré une diminution du nombre de victimes, la tension croissante au Myanmar, en Azerbaïdjan (sur la région du Haut-Karabakh), en Iran, et au Cameroun a entraîné une augmentation dans ces pays.
  • Des incidents ont été enregistrés dans 48 pays et territoires à travers le monde ; douze emplacements de moins qu’en 2019.